Un Garçon si Gentil | Magali Wiener

Capture d’écran 2015-05-14 à 19.27.47Lecture en VF

Editions Milan, Collection Macadam

Parution le 27 aout 2015

247 pages

12,50€

 

 

 

 

Synopsis

Rodrigues et Aurélie, dix-sept ans, sont lycéens. Elle chante dans un groupe de rock, il enchaîne les entrainements de natation. Le 21 juin, le soir de la fête de la musique, elle chante, il la regarde. Amoureusement. Lorsqu’elle lui propose de se promener après le concert, il accepte sans hésiter. Mais comment interpréter le comportement joyeux et enthousiaste de la jeune fille, alors qu’ils sont tous les deux ivres ? Tout naturellement, il va lui faire l’amour.
Deux jours après, trois policiers sonnent chez lui et l’emmènent. Rodrigues est accusé de viol.

Mon avis

J’étais assez intriguée par ce roman. C’est bien la première fois que je lis un livre écrit sous le point de vue de l’agresseur. Ici Rodrigues qui passe une super soirée avec Aurélie dont il est amoureux depuis des semaines. Après avoir bu et dansé, ils vont se coucher dans un square et faire l’amour. Enfin ça c’est que Rodrigues croit, car ensuite des policiers débarquent chez lui, Aurélie l’a accusé de viol. La descente aux enfers commence pour lui.

Ce roman est déroutant, dérangeant, percutant. On se prend un vrai coup de poing. Rien n’est épargné à Rodrigues, et on débarque comme lui dans le système judiciaire français. La garde à vue dans des conditions très limites, les techniques d’interrogatoire peu scrupuleuses, les policiers qui avant le procès se font déjà juges, l’administratif, le procès, les jurés, et au final la détention.

“Il n’y aura pas d’autres vérité que la sienne. Préforgée. Je serais le délinquant.”

Les phrases sont courtes, parfois juste un mot. On est perdu comme lui, on vit tout comme lui. On doute, Rodrigues l’a-t-il réellement violé? A-t-elle inventé ça pour ne pas être vue comme une fille facile? Les deux ont une version de la soirée semblable sur les faits, mais tellement différente sur le ressenti. Tous les repères sont perdus. On a du mal à être de son côté malgré le fait que ce soit le narrateur, et pourtant l’empathie pour lui vient petit à petit.

“Ils m’envoient en prison. Ils disent que j’ai violé. Violé la loi.”

Ce livre est vraiment pertinent, les questions qu’il soulève sont graves et tellement d’actualité. Le style d’écriture, même s’il sert le propos, peut parfois nous faire perdre le fil, et j’ai trouvé la première partie assez lente, même si paradoxalement elle se lit vite. Cela permet certes de rentrer dans l’ambiance, mais j’ai préféré la seconde partie dans le milieu carcéral. Ce que va vivre Rodrigues va être dévastateur, et se pose la question de la nécessité de la prison chez les mineurs. La punition plutôt que la rééducation? Au final une lecture qui m’a beaucoup touchée et dérangée.

 

Ce que j’aime : le point du vue de l’agresseur, l’immersion dans le système juridique français

Ce que j’aime moins : Le style parfois

Ma note : 08/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *