Roi de Pique | Kate Spears

105486428Lecture en VF

Titre original : Sway

Editions Nathan

Parution le 9 septembre 2015

330 pages

16,90€

 

 

 

Synopsis

Jesse, 17 ans, est le roi du lycée. Besoin d’alcool pour une soirée ? De faire virer un élève ? D’éloigner un beau-père trop collant ? Jesse peut tout arranger. Ses combines sont habiles et il a la manipulation facile. Avec lui, pas de morale, et surtout jamais de sentiments. Mais lorsque Ken, footballeur populaire et notoirement crétin, lui demande de lui arranger un rendez-vous avec une certaine Bridget, une faille apparaît dans son système : Jesse tombe amoureux.
Fou amoureux.

Mon avis

Je ne sais pas pourquoi j’ai pris ce livre! Je sais que parler couverture n’est pas ce qu’il y a de plus pertinent, mais il faut avouer qu’on se demande ce que fait la maison d’édition. Ca ne donne pas du tout envie ! Mais pourtant je l’ai pris quand même. Soit je suis bizarre, soit finalement leur stratégie a fonctionné !

Jesse est un petit truand, il deale tout ce qu’il peut, produits illicites, devoirs scolaires, services en tout genre. Il n’a aucun scrupule à se servir des gens et à manipuler les autres élèves. Il ne se soucie de personne à part lui-même. Quand Ken, le footballer va le payer pour qu’il lui arrange le coup avec Bridget il prend ce boulot comme les autres. Mais voilà Jesse va en tomber amoureux. L’histoire est vue et revue, non sans rappeler le célèbre Cyrano de Bergerac, ici version lycée.

“Dans la vraie vie, la Belle ne tombe pas amoureux de la Bête et ils ne vivent pas heureux jusqu’à la fin des temps. Dans la vraie vie, la Bête dépucelle la Belle avant de lui briser le coeur.”

On est placé du point de vue de Jesse qui est mesquin et manipulateur, une vraie tête à claque. J’ai rarement lu de YA où c’était le cas, on a plutôt le stéréotype du mec parfait, sans défaut. Je me suis demandé comment j’allais faire pour le supporter, mais étrangement je l’ai beaucoup apprécié, j’ai adoré son cynisme et son humour. On se doute que derrière tout ça se cache un enfant encore traumatisé par son passé chaotique, une mère suicidaire et un père alcoolique désintéressé offrent rarement une éducation saine.

“L’amitié, c’est pas trop mon truc. S’attacher aux autres , ça fragilise.”

Sa rencontre avec Bridget va évidemment le changer. Et là merci à l’auteur, car on a enfin un personnage féminin de roman “d’amour” avec du caractère. Ce n’est pas la petite vierge effarouchée que l’on rencontre (trop) souvent. Elle va sans s’en rendre compte faire ressortir le meilleur de lui et le libérer de sa spirale destructrice.

Gravitent autour plusieurs personnages assez intéressants, le frère de Bridget, handicapé qui prend Jesse comme mentor car c’est le seul qui le traite comme quelqu’un de normal. La voisine gothique qui est sa seule amie, et un vieil homme dans une maison de retraite qui lui sert d’alibi pour se rapprocher de Bridget et avec qui il nouera une vraie relation.

“J’ai détesté cette sensation, soudain, de savoir qu’elle détenait désormais un petit bout de moi. Les secrets des autres, ça donne du pouvoir.”

La fin est prévisible, mais j’aurais pas vu ça autrement non plus!

C’est le premier roman de l’auteur et je l’ai trouvé à ce titre assez réussi. L’écriture est légère, moderne, très agréable, j’ai adoré l’humour et les références actuelles. Je serais curieuse de découvrir son prochain roman.

 

Ce que j’aime : l’écriture, le cynisme de Jesse

Ce que j’aime moins : les clichés des lycéens

Ma note : 7/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *