Le Joyau | Amy Ewing

Titre VO : The Jewelle-joyau,-tome-1-479766-250-400

Lecture en VF

Parution le 18 septembre 2014

368 pages

17,90€

 

 

 

 

 

Synopsis

Le Joyau, haut lieu et coeur de la cité solitaire, représente la richesse, la beauté, la royauté. Mais pour une jeune fille pauvre comme Violet lasting, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n’importe laquelle : Violet a été formée pour devenir Mère-Porteuse. Car dans le Joyau, le vrai luxe est la descendance… Achetée lors de la Vente aux Enchères par la Duchesse du Lac, Violet – le lot 197, son nom officiel- va rapidement découvrir la réalité brute qui se cache derrière l’étincelante façade du Joyau. S’exercer à la cruauté, à la trahison et aux coups bas est la distraction favorite de la noblesse. Violet doit accepter son sort et tâcher de rester en vie. C’est pourtant dans ce sinistre quotidien qu’elle tombe amoureuse d’un séduisant garçon, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Cette relation interdite vaudra aux jeunes amants d’affronter les plus grands des dangers.

Mon avis

Ce qui m’a frappé en premier c’est la ressemblance avec la couverture de la trilogie La Selection Kiera Cass. Et du coup je n’ai pas pu m’empêcher au départ de faire des comparaisons. Les deux héroïnes qui viennent d’un milieu défavorisé, se voient enlevée à leur familles pour aller côtoyer la noblesse sous fond de dystopie…, mais la comparaison s’arrête là, et le sujet est finalement complètement différent.

“D’après les gardiennes, une fois que nous vivrons dans le Joyau, nous serons encore plus gâtées. Nous aurons tout. Absolument tout. Sauf notre liberté. Etrangement, on oublie toujours de nous mentionner ce détail.”

Le thème était super original, avec les mères porteuses, l’esclavagisme, la vente de son corps, et j’avais vraiment hâte de le lire, mais voilà j’ai été déçue.

Je m’attendais à plus. Alors certes l’héroïne Violet, est assez bien travaillée elle n’est pas égoïste, comme d’autres personnages (America pour rester dans la comparaison!) peuvent l’être, elle remet tout de suite en cause sa situation sans être centrée sur elle même, mais l’action peine à démarrer, même si la lecture reste plaisante et divertissante.

On a quasiment aucune info sur le pouvoir en place, pas d’historique sur le pourquoi de la question des mères porteuses, ça fait que j’ai eu du mal à rentrer vraiment dans l’histoire et à trouver de l’intérêt.

Et puis arrive la romance. Alors là j’ai abandonné tout espoir. Elle tombe comme un cheveu sur la soupe, elle n’est pas assez développée. Les personnages qui se déclarent un amour éternel au bout d’une semaine ça m’a toujours perturbé de toute manière! L’histoire aurait pu se suffire à elle-même, j’ai eu presque l’impression que l’auteur s’est obligé à rajouter vite fait cette romance pour satisfaire les lectrices.

Je ne sais pas encore si j’achèterais la suite à sa sortie. Le livre se termine sur un cliffhanger, mais je ne ressens pas cette nécessité de savoir ce qui va arriver à Violet.

 

Ce que j’aime : La personnalité de Violet, l’originalité du thème

Ce que j’aime moins : la romance, le rythme très lent

Ma note : 05/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *