Féline | Hui-Ryeong Bu

41J0qZgsQgL._SX195_Lecture en VF

Titre original : Koyangi Sonyeo

Editions Picquier Jeunesse

Parution le 21 août 2009

153 pages

14,50€

 

 

 

Synopsis

Voici un jeune chat errant, qui doit affronter les difficultés de la vie après la disparition de sa mère. Voici une adolescente solitaire et renfermée qui vit seule avec sa grand-mère. Tous deux se rencontrent dans un parc, et aussitôt, le chat croit reconnaître en elle un de ces êtres de légende qui comprennent le langage des chats. C’est sûr, ils sont faits l’un pour l’autre !

Mon avis

A la base je devais juste “passer” dans la libraire. Et puis j’ai vu cette adorable couverture, évidemment je ne peux pas resister à un petit chat ! En plus ça me donnait une bonne raison de découvrir un auteur coréen.

C’est un tout petit livre jeunesse qui parle de l’amitié entre un chaton des rues et une adolescente solitaire.

Je ne connaissais ni la littérature, ni la vie coréenne, et j’ai été ravie de les découvrir grâce à ce roman tout doux. Mais ce qui m’a le plus plu c’est que le narrateur est le chaton. C’est drôle, attendrissant, original de voir le monde à travers les yeux d’un chat. Surtout qu’il a un regard très critique et jute sur nous les humains!

“Cela ne faisait pas longtemps que je vivais parmi les humains, mais j’avais appris une chose : leurs paroles et leurs actions n’ont souvent rien à voir avec ce qu’ils pensent réellement. Et c’était une chose que j’avais du mal à comprendre. Nous, les chats, nous faisons et disons ce que nous pensons.”

Malgré le ton naïf du roman, les thèmes abordés sont sérieux, l’abandon, la solitude, l’amitié sont traités de façon très intelligente. Le chaton, Minet, et Minyeong vont se rencontrer à un moment difficile de leur vie, l’abandon de sa mère pour le chaton, et le début de l’adolescence pour la coréenne.

J’ai juste adoré ce roman initiatique, il est émouvant, pertinent, et pour les amoureux des chats comme moi c’est une petite merveille.

“Pour la première fois de ma vie, je mangeais à même la main d’un humain. (…) Tout en humectant les anchois de ma salive avant de les saisir entre mes canines, je pris une décision : j’allais l’apprivoiser.”

 

Ce que j’aime : Le point de vue du chat, la façon d’aborder les thèmes

Ce que j’aime moins : j’aurais voulu avoir le double à lire!!

Ma note : 9/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *