Category Archives: Dystopie

Boys Out! | Rawia Arroum

23275769Lecture en VF

Editions Hachette, Collection Black Moon

Parution le 8 octobre 2014

320 pages

16 €

 

 

 

 

Synopsis

Depuis l’Éradication, le monde est gouverné par les femmes et pour les femmes uniquement. Les hommes n’ont plus le droit de cité. Tous sont bannis, ou bien traqués et placés en détention pour assurer leur seule fonction : la reproduction. Ensuite, systématiquement, ils sont éliminés. Comme toutes les jeunes filles de son âge, Lyra s’entraîne dur pour être capable d’affronter et de maîtriser les mâles qui rôdent encore. Jusqu’au jour où elle doit rencontrer un homme pour procréer à son tour…

Mon avis

A la base je n’étais pas plus que ça intéressée par ce livre, mais à 1€ en état quasi neuf chez Book Off je me suis laissé tenter.

Le synopsis m’a intrigué, une société avec les femmes aux pouvoirs, et les hommes interdits ça s’annonçait sympa.

” Vous haïssez les hommes, mais vous leur ressemblez énormément. Vous vous haïssez donc aussi?”

J’ai apprécié la première partie, découvrir cette nouvelle société, malgré les nombreux stéréotypes pseudo féministes. C’était vraiment différent de toutes les dystopies qu’on peut trouver aujourd’hui. Le personnage de Lyra s’apprête, comme toutes les filles de 18 ans, à rencontrer un homme pour la première fois afin de s’accoupler pour donner naissance à une fille. Si c’est un garçon qui né, il sera tué. Tous les hommes ne sont donc pas exécutés, certains sont gardés pour la reproduction. Oui car quand même on a besoin d’eux quand ça arrange !

“Autrefois on disait aux jeunes garçons que s’ils pleuraient ils n’étaient pas des hommes. On leur disait que pleurer c’était bon pour les filles. Il m’arrive de pleurer aussi. Mais je ne me sens pas fille pour autant. Les temps ont bien changé.”

On se doute que la rencontre de Lyra avec son reproducteur ne va pas se passer comme prévu puisque à la base c’est quand même une histoire d’amour. Et c’est là que le roman a commencé à me perdre. Au début c’était pourtant assez mignon et sur la réserve. Mais plus on avançait, et devenait concret, plus c’était n’importe quoi. A des moments je ne comprenais carrément plus les choix et les comportements de Lyra.

Pour ce qui est de la dystopie, c’était le néant, la politique est sous exploitée, j’ai trouvé que tout se simplifiait trop rapidement à la fin, ce n’était plus du tout logique et vraiment trop bâclé. Les reflexions de base sur les deux sexes étaient intéressantes, mais les clichés s’entassaient tellement, au point d’être dans la caricature, l’homme macho et la femme faible ça va un moment.

” Nous avons besoin des hommes Lyra. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression qu’elle vient de tenir un discours interdit.”

Et le final… que dire à part que j’avais l’impression de voir un Star Wars, pour ceux qui auront compris, et j’ai trouvé la dernière scène ridicule alors qu’on était sensé être dans l’émotion et les larmes.

Un gros flop pour moi, sans grand intérêt.

 

Ce que j’aime : le début, le postulat de base

Ce que j’aime moins : les raccourcis pour clôturer le roman, les stéréotypes.

Ma note : 04/10

 

Read more

La Sélection T4 : L’Héritière | Kiera Cass

la-selection,-tome-4---l-heritiere-607204Lecture en VF

Titre VO : The Heir

Editions Robert Laffont, Collection R’

Parution le 7 mai 2015

413 pages

17,90€

 

 

 

Synopsis

Une nouvelle sélection commence. Vingt ans après la Sélection d’America Singer, et malgré l’abolition des castes, la famille royale d’Illeá doit à nouveau faire face au mécontentement du peuple : l’heure est venue de lancer une nouvelle Sélection. A dix-huit ans, la Princesse Eadlyn se sent prête à devenir reine. Elle l’est beaucoup moins à trouver un mari, au point que cette idée ne l’a même jamais effleurée. Quand elle consent finalement à ce que ses parents lui organisent une Sélection, Eadlyn voit son quotidien bouleversé par l’arrivée de ses 35 prétendants et la folie médiatique qui l’accompagne. Mais entre les raisons du coeur et la raison d’État, la Princesse va devoir faire des choix, et, au fil des semaines, se prendre à ce jeu dont dépend l’avenir d’Illeá…

Mon avis

Il ne devait pas y avoir de suite à la trilogie de La sélection, et puis finalement, on se retrouve avec un quatrième tome. J’avais pas mal apprécié les trois romans, je les avais lu comme on regarde la saison du Bachelor ( vous apprécierez la pertinence de mes références!!). On ne ressort pas de sa lecture plus intelligent, mais on a en quelque sorte posé son cerveau et passé un bon moment. J’avais donc hâte de renouveler l’expérience !

Vingt plus tard, on retrouve la fille de Maxon et America, qui va devoir contre son gré participer elle aussi à une sélection afin de trouver son futur époux pour l’aider à gouverner. L’ambiance au palais n’est pas des plus gaies, il y a de plus en plus de soulèvements dans le pays, malgré le fait que le roi ait supprimé le système de caste. Afin de se concentrer sur une solution, il demande à sa fille Eadlyn de participer à une sélection pour satisfaire le peuple.

Passé la surprise que le livre ne soit pas juste à la suite de la trilogie mais qu’elle ai lieu vingt ans après, on se laisse vite entraîner. Mais d’emblée l’héroïne ne m’a pas plu. Elle est égoïste, se sent supérieure aux autres en raison de son statut. C’est vraiment une tête à claque. Du coup même si l’histoire est agréable à lire, j’ai vraiment eu du mal à m’attacher à elle. Cette citation vous laisse une idée du caractère de Eadlyn!

“C’était pour ça que l’amour était une mauvaise idée : ça vous rendait faible. Or personne au monde n’était plus puissant que moi.”

Heureusement les sélectionnés vont vite arriver avec leur lot de personnalités aussi exaspérantes qu’attachantes. Une petite préférence pour Kile, Henry et Eric ! Bon Eric n’est pas un prétendant, mais l’interprète d’Henry qui ne parle pas anglais, mais quand même il y a un truc non?!

La relation entre Eadlyn et son frère jumeau Ahren est interessante mais pas assez creusée. J’ai trouvé en général que toutes les relations n’étaient pas abordées en profondeur. Mais bon ce n’est que le premier tome, on aura j’espère le droit à des relations plus complexes par la suite.

“Sois toi-même. C’était plus facile à dire qu’à faire. Qui étais-je? La moitié d’une paire de jumeau. Une des personnes les plus puissantes du monde. Le plus grand divertissement du pays.”

Un peu déçue de cette héroïne, j’espère vraiment qu’elle va changer, je pense que c’est un peu le but! Mais j’ai passé un bon moment, c’était sympa de retrouver certains anciens personnages des années après. Et j’ai hâte de voir les relations entre Eadlyn et les prétendants s’étoffer.

 

Ce que j’aime : C’est léger, c’est frais

Ce que j’aime moins : Eadlyn qui est horripilante.

Ma note : 06/10

Read more

The Book of Ivy | Amy Engel

thThe book of ivyLecture en VF

Editions Lumen

Parution le 5 mars 2015

342 pages

15 €

 

 

 

 

 Synopsis 

Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ? À la suite d’une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s’est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s’est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l’unité du peuple. Cette année, mon tour est venu. Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L’objectif, c’est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu’un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu’un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu’en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l’enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ?

Mon avis

Quand je l’ai acheté je ne savais même pas de quoi il était question, mais avec tous les bons retours je me disais que je ne pouvais qu’aimer. Puis j’ai vu dystopie. Arf les deux derniers que j’avais lu ne m’avait pas enchanté. Mais c’est pas grave, je me lance.

J’ai tellement bien fait.

Ivy doit donc épouser Bishop ( roh c’est quoi ce prénom !!) afin de rapprocher politiquement les deux partis opposantes. Mais derrière cette obligation, elle a pour mission de le tuer afin de provoquer un coup d’état qui permettrait à son père d’accéder au pouvoir. Ambiance, ambiance.

“Lorsqu’on est conscient d’être manipulé, mais que ça fonctionne, peut-on encore appeler ça de la manipulation?”

On se doute bien que cela ne va pas se dérouler comme prévu, on se doute que Amour il va y avoir.

La grosse force de ce roman, c’est de ne jamais brusquer les choses. Tout arrive avec un timing parfait. Les informations historiques sont dévoilées petit à petit. On a toujours envie de lire pour en savoir plus. On peut avoir l’impression que l’action met du temps à arriver, mais ça rend les choses beaucoup plus réalistes. Ivy prend justement le temps de penser à elle, ce qu’elle veut , qui elle veut devenir. Elle fait preuve d’une maturité et d’une conscience du monde surprenante pour ses 16 ans, même si elle ferme parfois volontairement les yeux sur certaines choses. J’ai adoré son caractère fonceur, effronté, elle ne passe pas par quatre chemins pour faire savoir ce qu’elle pense. Et Bishop…on s’attend à trouver un garçon de 18 ans imbu de lui même et macho, mais (à part son prénom!) il est parfait. Attentionné, mystérieux, charismatique, oui rien que ça !  Il cache néanmoins une part de violence, qui le rend plus complexe qu’on pourrait le croire. Et il en est d’autant plus intéressant. Oui j’ai encore craqué pour un personnage masculin !!

“L’amour dépasse les graphiques, les diagrammes et les intérêts communs. L’amour c’est brouillon, c’est compliqué, et c’est une erreur de refuser sa magie aléatoire.”

Et l’histoire d’amour est juste parfaite. Pour une fois merci Amy Engel, on a pas l’héroïne qui tombe en amour au bout de 10 pages. C’est beaucoup plus subtil et intelligent que ça. On a pas non plus de scènes débordantes de guimauves et de fleurs roses. C’est tellement rafraichissant de lire ça.

Je guette toujours avec impatience dans un roman, le passage où le titre va être évoqué ( je ne sais pas si je me suis fais bien comprendre ^^)  Et là c’était tellement juste parfait, je ne vous gâche pas la surprise en vous mettant la citation. Mais j’ai trouvé le moment trop beau et touchant.

Et cette fin !! Mon dieu !! Traumatisant… C’est la première fois depuis très longtemps que je n’avais pas versé de larmes ! Je n’ai juste pas pu me retenir. En plus j’avais cette musique dans les oreilles ==> ♫ ♪ ♫  Essayez de vous retenir, allez-y je vous en prie ^^

Dire qu’il va falloir attendre avant d’avoir la suite de cette duologie car la suite sort en VO en novembre je crois. Ca me rend folle! Je veux savoir la suite , tout de suite, maintenant. C’est une vraie torture cette fin.

Vous l’avez compris j’ai adoré, c’est un gros gros coup de coeur.

 

Ce que j’aime : Bishop, Ivy, tout…

Ce que je n’aime pas : rien

Ma note : 10/10

 

 ♡♡♡     Coup de coeur   ♡♡♡

 

Read more

Le Joyau | Amy Ewing

Titre VO : The Jewelle-joyau,-tome-1-479766-250-400

Lecture en VF

Parution le 18 septembre 2014

368 pages

17,90€

 

 

 

 

 

Synopsis

Le Joyau, haut lieu et coeur de la cité solitaire, représente la richesse, la beauté, la royauté. Mais pour une jeune fille pauvre comme Violet lasting, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n’importe laquelle : Violet a été formée pour devenir Mère-Porteuse. Car dans le Joyau, le vrai luxe est la descendance… Achetée lors de la Vente aux Enchères par la Duchesse du Lac, Violet – le lot 197, son nom officiel- va rapidement découvrir la réalité brute qui se cache derrière l’étincelante façade du Joyau. S’exercer à la cruauté, à la trahison et aux coups bas est la distraction favorite de la noblesse. Violet doit accepter son sort et tâcher de rester en vie. C’est pourtant dans ce sinistre quotidien qu’elle tombe amoureuse d’un séduisant garçon, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Cette relation interdite vaudra aux jeunes amants d’affronter les plus grands des dangers.

Mon avis

Ce qui m’a frappé en premier c’est la ressemblance avec la couverture de la trilogie La Selection Kiera Cass. Et du coup je n’ai pas pu m’empêcher au départ de faire des comparaisons. Les deux héroïnes qui viennent d’un milieu défavorisé, se voient enlevée à leur familles pour aller côtoyer la noblesse sous fond de dystopie…, mais la comparaison s’arrête là, et le sujet est finalement complètement différent.

“D’après les gardiennes, une fois que nous vivrons dans le Joyau, nous serons encore plus gâtées. Nous aurons tout. Absolument tout. Sauf notre liberté. Etrangement, on oublie toujours de nous mentionner ce détail.”

Le thème était super original, avec les mères porteuses, l’esclavagisme, la vente de son corps, et j’avais vraiment hâte de le lire, mais voilà j’ai été déçue.

Je m’attendais à plus. Alors certes l’héroïne Violet, est assez bien travaillée elle n’est pas égoïste, comme d’autres personnages (America pour rester dans la comparaison!) peuvent l’être, elle remet tout de suite en cause sa situation sans être centrée sur elle même, mais l’action peine à démarrer, même si la lecture reste plaisante et divertissante.

On a quasiment aucune info sur le pouvoir en place, pas d’historique sur le pourquoi de la question des mères porteuses, ça fait que j’ai eu du mal à rentrer vraiment dans l’histoire et à trouver de l’intérêt.

Et puis arrive la romance. Alors là j’ai abandonné tout espoir. Elle tombe comme un cheveu sur la soupe, elle n’est pas assez développée. Les personnages qui se déclarent un amour éternel au bout d’une semaine ça m’a toujours perturbé de toute manière! L’histoire aurait pu se suffire à elle-même, j’ai eu presque l’impression que l’auteur s’est obligé à rajouter vite fait cette romance pour satisfaire les lectrices.

Je ne sais pas encore si j’achèterais la suite à sa sortie. Le livre se termine sur un cliffhanger, mais je ne ressens pas cette nécessité de savoir ce qui va arriver à Violet.

 

Ce que j’aime : La personnalité de Violet, l’originalité du thème

Ce que j’aime moins : la romance, le rythme très lent

Ma note : 05/10

Read more