Category Archives: Adulte

Une île | Tracey Garvis Graves

ile10Lecture en VF

Titre original : On The Island

Editions Milady

Parution le 25 mai 2013

300 pages

15,20€

 

 

 

Synopsis

Anna Emerson n’hésite pas un instant lorsque les Callahan lui proposent de se rendre aux Maldives pour donner des cours à leur fils T.J., en rémission d’un cancer. Mais rien ne se passe comme prévu : le jet privé à bord duquel ils ont embarqué se crashe au beau milieu de l’océan Indien. Les voici naufragés sur une île déserte où ils vont devoir apprendre à survivre. Si l’adolescent rechute, rien ne pourra le sauver. Anna se sent malgré tout étrangement attirée par son compagnon d’infortune. Alors que chacun d’eux n’a plus que l’autre pour unique horizon, leur seule chance de s’en sortir est ce lien précieux qui ne cesse de grandir entre eux.

Mon avis

J’ai reçu ce livre pour Noël, il est resté un petit bout de temps dans ma PAL, puis j’ai eu une semaine de vacances, et lors d’un après-midi ensoleillée sur ma terrasse je me suis dit que c’était le moment!

Ca va être difficile de faire la chronique de ce livre, car même deux semaines après l’avoir lu je ne sais pas si je l’ai aimé ou pas! Je reste assez mitigée !

L’histoire est super simple, un ado dont le cancer est en rémission rejoint ses parents sur une île des Maldives en avion accompagné de sa prof de cours particulier. L’avion va s’écraser en mer, il vont échouer tous les deux sur une île déserte et vont tenter de survivre, sous fond de romance.

Je suis fan des romans de survie, du coup toute la partie purement technique sur l’île à la Robinson, j’ai adoré. Leurs recherches de nourriture, l’ennui qui se fait vite ressentir, l’hygiène, la construction de cabane, certains ont trouvés ces passages longs, moi pas du tout au contraire!

Il y a ensuite la partie romance, je pensais que ça allait être culcul au possible, du coup je m’étais bien conditionnée avant de le lire, mais finalement j’ai été plutôt agréablement surprise. T.J. et Anna sont super attachants, leur différence d’age ne m’a pas choqué, en 2016 j’ose espérer que c’est le cas de personne d’ailleurs. L’auteur ne fait pas se précipiter ses personnages, c’est dans la retenue, sans clichés. Je suis pas sûre que j’aurais résisté aussi longtemps à T.J. !!

“Nous leur dirons aussi que cette maison, avec le terrain qui l’entoure, est notre île”

Mais du coup pourquoi suis-je mitigée? Un mot, crédibilité.

Je ne veux rien spoiler, mais ils vont quand même rester un moment sur cette île, et ils s’en sortent trop bien pour que ce soit réel. Quand on voit The Island sur M6, et comment sont les gars au bout d’un mois, on a du mal à croire à cette histoire. Et quand on se concentre trop sur ces détails, ça gâche la lecture.

Du coup impossible de me décider, je l’ai lu en une journée, j’ai trouvé que c’était super addictif même si la plume de l’auteur n’a rien de particulier. Si on prend juste l’histoire dans son ensemble sans penser au détail j’ai adoré, mais dès qu’on gratte un peu ça fait mal… mais bon après est-ce qu’il faut systématiquement tout analyser et que tout soit cohérent pour apprécier une lecture? Je ne pense pas. Parfois on apprécie juste un livre pour ce qu’il nous fait ressentir alors que tout sur le papier crie que c’est nuuuul !!! Pour les lecteurs bon public comme moi ça passe, mais pour les tatillons je déconseille fortement!!

 

Ce que j’aime : la partie survie, la romance étonnamment

Ce que j’aime moins : pas du tout crédible

Ma note : 6,5/10

 

 

Read more

Quand Vient la Nuit | Dennis Lehane

quand vient la nuit.indd

Lecture en VF

Titre original :  The Drop

Editions Payot & Rivages

Parution le 22 octobre 2014

270 pages

14,50€

 

 

Synopsis

Dans l’argot des bas-fonds de Boston, un “relais” est un bar où transite l’argent de la pègre. Bob Saginowski, barman renfermé et solitaire, se retrouve mêlé à un vol qui tourne mal dans le bar de son cousin Marv. Le voilà pris au piège d’une histoire dont les racines plongent dans le passé d’un quartier où chacun, famille, amis ou ennemis, cherche à survivre. Quel qu’en soit le prix.

Mon avis

Je n’avais jamais lu de Dennis Lehane, je ne sais pas pourquoi vu que j’ai vu les adaptations cinéma de Mystic River et Shutter Island et j’avais adoré ! Du coup j’avais envie de commencer par un dont je n’avais pas encore vu le film. Mais pourquoi je n’ai pas fais ça plus tôt??

Bob est un barman taciturne qui bosse dans le bar de son cousin Marv, qui sert de transit à l’argent de la mafia de Boston. Un soir après leurs services ils se font braquer et les ennuis vont commencer.

“Un homme qui réussit à la possibilité de cacher son passé; un perdant passe le reste de sa vie à essayer de ne pas se noyer dans le sien” 

A première vue le synopsis ne me tentait pas des masses, je ne suis pas très bas-fonds, pègre et argent sale, mais sortir de sa zone de confort ça permet de faire de sacrés découvertes ! Il ne m’a pas fallu plus de 4 pages pour être complètement happée par l’histoire. Au delà d’un récit sur un vol et une enquête, c’est un récit sur la ville, son passé, sa corruption. Les gens se croisent, se recroisent, et dans cette ambiance poisseuse l’auteur tisse les relations, on est baladé avec le sentiment que quelque chose nous échappe, mais aucun détail n’est là par hasard. La construction de l’histoire est tellement intelligente, je comprend maintenant d’où Dennis Lehane tient son succès. Il sait maintenir la pression tout le long du récit, la pression monte petit à petit, on en a à peine conscience, mais la vitesse à laquelle on enchaine les pages prouve son efficacité. Le dénouement n’est pas explosif, mais nous fais apprécier encore plus le cheminement jusqu’à lui.

” La cruauté existait déjà bien avant la Bible. La sauvagerie s’est dressée en se frappant la poitrine dès l’aube de l’humanité, et cela n’a pas cessé un seul jour depuis. Le pire, chez les hommes, est un lieu commun. Le meilleur est beaucoup plus rare.”

La performance de l’auteur tient aussi dans sa capacité à donner autant de relief à un récit si court. 300 pages c’est rien pourtant de nombreux thermes sont abordés, la religion, la solitude, l’amour; et les personnages ne sont pas survolés, ils sont comme la ville rongés par la corruption, certains s’en sortiront mieux que d’autres. Bob le protagoniste semble être pétri de remord, la religion prend un grande place dans sa vie, et va chercher tout le long du livre la rédemption. Si l’intrigue du roman part du vol du bar, son histoire à lui va débuter avec la découverte d’un chiot dans une poubelle. Il va être alors amené à faire des choix qui ne seront pas sans conséquences.

Que dire de plus à part que je regrette tellement de ne pas en avoir eu le double à lire.

 

Ce que j’aime : le style d’écriture, de construction, les personnages

Ce que j’aime moins : c’est trop court !

Ma note : 10/10


♡♡♡ Coup de coeur ♡♡♡

Read more

Horrorstör | Grady Hendrix

horrorstor_final_300dpi

Lecture en VF

Editions Milan

Parution le 19 août 2015

240 pages

19€

 

 

 

 

Synopsis

Il se passe quelque chose d’étrange au magasin de meubles d’Orsk à Cleveland, en Ohio. Ces derniers temps, les employés découvrent, en arrivant le matin, des étagères Kjërring démontées, des piles de gobelets Glans renversées, des armoires Liripip fracassées…
Les ventes sont en berne, les responsables de rayon en panique : les caméras de surveillance ne montrent rien d’anormal.
Pour lever le mystère, une équipe de trois employés se retrouve engagée pour rester sur place toute une nuit. Au coeur de l’obscurité, ils arpentent les allées du showroom désert, courent après d’inquiétants bruits et finiront pas se confronter aux pires horreurs…

Mon avis 

Ce livre était dans ma wish-list depuis sa sortie, et ma mère m’a fait la surprise de me le prendre pour Noël ! La première  réaction que j’ai eu en voyant ce livre, c’est WOW. Il y a un tel travail de mise en page, un vrai bonheur visuel. Et l’intérieur est de même qualité, l’auteur a créé un ersatz d’Ikea, et le livre est à première vue un catalogue de ce magasin, et il reprend tous les codes. A l’intérieur, un plan, des bons de livraisons et des bons de commandes, des plans de montage, j’ai adoré tous ces détails. L’objet livre, la quatrième de couverture, tout me donnait envie de dévorer ce livre.

Mais derrière ce beau faux catalogue, on découvre le décors d’un film d’horreur. La nuit des choses étranges se produisent dans l’immense magasin Orsk, des employés vont rester sur place la nuit afin de comprendre ce qui se passe. J’ai adoré la première partie, l’auteur nous décrit le fonctionnement de son magasin parodique, comment tout est pensé pour que le parcours du client le force à acheter, les campagnes de pubs, les slogans. Une critique drôle et acerbe de notre société de consommation, où tous ceux qui on un jour arpenté un Ikea se retrouveront.

“Alors que le néant l’environnait peu à peu, Amy se représenta une nouvelle fois comme un hamster dans une roue. Coincée à Orsk pour toujours. Elle n’aurait pas dû s’inquiéter. Ce soir serait son dernier service.”

Puis on rentre petit à petit dans le vif du sujet, à savoir que se passe-t-il la nuit? Le suspens, la montée de la tension est bien gérée, l’écriture simple, mais aérée et agréable, accentue cet effet. Mais dès que l’on connait la cause, tout retombe comme un soufflé. L’auteur a beau donner dans les scènes gores et d’horreur, j’étais déjà complètement sortie de l’histoire. Je n’étais plus du tout convaincue par les explications, et plus rien ne me donnait de frissons.

” Rien ne manquait, tout était à sa place. Sauf qu’une main dépassait du cache-sommier. Une main poilue avec une alliance en or.”

Concernant les personnages, je n’ai accroché avec aucun d’entre eux, et de toute manière ils ne sont pas assez creusés pour qu’on puisse vraiment s’y attacher, donc pas grand chose à dire de plus sur eux! Au final, un très bel objet livre, mais le scénario ne m’a pas entrainé. Il donne l’impression d’avoir tout donné sur la mise en page, au détriment du contenu. C’est dommage. Quand on est habitué à lire du Stephen King plus grand chose peut surprendre, par contre pour ceux qui n’aiment pas trop avoir peur et qui sont novices dans le genre, je pense que c’est parfait pour commencer.

 

Ce que j’aime : l’objet livre, le travail d’édition.

Ce que j’aime moins : le dénouement trop précoce qui m’a gâché le reste de ma lecture.

Ma note : 06/10

 

Read more

Esprit d’hiver | Laura Kasischke

9782253194323-T-1Lecture en VF

Titre  original : Mind of Winter

Editions Le Livre de Poche

Parution le 1er octobre 2014

312 pages

7,10 €

 

 

 

Synopsis

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

Mon avis

Je l’ai vu dans la vidéo de Margaud pour son challenge Cold Winter, et c’était exactement ce que j’avais envie de lire en ce moment. Deux jours après mon achat je le reposais mitigée.

Si vous souhaitez une lecture de Noel toute mignonne ce n’est clairement pas ce qu’il vous faut! Ici on est en plein dans le thriller psychologique. L’intrigue va se passer en huis-clos entre une femme et sa fille le jour de Noël. Après un lever tardif, le père part chercher ses parents à l’aéroport mais reste bloqué dans le blizzard. Les invités du repas annulent les après les autres. L’attitude de Tatiana envers sa mère va devenir de plus en plus bizarre.

On suit cette journée du point de vue de la mère, elle se réveille avec un drôle de sentiment. Elle a l’impression qu’elle a oublié quelque chose d’important.

” Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux.”

Elle se répète cette phrase inlassablement tout au long de la journée. Elle se souvient de l’adoption de sa fille Tatiana en Russie et de l’orphelinat miteux. Cette petite fille qui a toujours été une fille aimante et joyeuse qui aujourd’hui fait preuve d’un comportement plus qu’inquiétant. Elle semble en vouloir à sa mère, et ne va cesser de la provoquer.

” Quelque chose qui avait été là depuis le début. A l’intérieur de la maison. A l’intérieur d’eux-mêmes. Cette chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux.”

L’intrigue est bien menée, nous suivons presque minutes après minutes le déroulement de cette journée qui aurait dû être une journée de fête, mais qui se transforme en désastre. L’ambiance va devenir de plus en plus pesante, on ne se sent jamais à l’aise dans notre lecture. On tourne les pages avec envie d’en savoir plus, mais avec aussi la peur d’en savoir plus. La relation entre la mère et la fille est gênante et malsaine, on a presque pas envie d’être là et d’assister à leurs disputes, mais on a le sentiment d’être piégée dans la maison avec elles. L’auteur arrive magistralement à faire monter l’angoisse jusqu’au final glaçant.

Et c’est peut-être ce final qui m’a laissé sur ma fin, et ne m’a pas entièrement satisfaite, car je l’avais deviné depuis longtemps. J’espère que ça n’a pas été ou ne sera pas le cas pour vous et que vous vous laisserez surprendre!

C’était mon premier livre de cette auteur, mais même si je suis en demie teinte, cela ne m’empêchera pas de lire d’autres de ces romans, je suis assez intriguée!

 

Ce que j’aime : l’ambiance glauque qu’instaure l’auteur en peu de pages.

Ce que j’aime moins : la fin que j’avais devinée

Ma note : 07/10

Read more