Boys Don’t Cry | Malorie Blackman

51wNXpg0wUL._SX340_BO1,204,203,200_Lecture en VF

Editions Milan, collection Macadam

Parution le 19 octobre 2011

320 pages

12,50€

 

 

 

 

Synopsis

Dante attend les résultats de ses examens. Le courrier qui lui ouvrira les portes de l’université. De sa future vie. Celle dont il a toujours rêvé. Mais quand on sonne enfin à la porte, ce n’est pas le facteur, c’est Mélanie. Son ex-copine, dont il n’a plus entendu parler depuis des mois. Avec un bébé. Le sien. Le leur. Etre père à 17 ans? Il y a de quoi pleurer. Mais les garçons ne pleurent jamais…

Mon avis

Ce livre m’intriguait depuis un bout de temps, la paternité est un sujet rarement abordé en littérature, et d’autant plus depuis les yeux d’un adolescent.

Dante a 17 ans, un avenir brillant tout tracé devant lui, mais le jour de ses résultats son ex-copine lui apprend qu’il est père d’une petite Emma de presque un an. Il va se retrouver désemparé, dévasté et en colère devant sa vie qui s’écroule. Une soirée trop arrosée, un oubli, et le voilà devant un cauchemar. Le poids de la responsabilité, les nuits sans sommeil, ses amis qui le laissent tomber, l’université à abandonner, l’argent à trouver, Dante n’avait rien demandé, mais va assumer tant bien que mal aidé de son père et son frère.

“J’avais l’impression d’être le dernier être vivant dans l’univers. Si seul. C’était ce que je ressentais depuis qu’Emma était entrée dans ma vie.”

On va d’ailleurs suivre en parallèle ce petit frère, Adam qui dans une autre mesure va lui aussi faire face à des bouleversements dans sa vie. Cela apporte une autre dimension assez interessante, même si elle aurait gagné à être approfondie.

” J’ai peur d’être père. (…) J’ai peur d’être un mauvais père. (…) Mais surtout, j’ai peur de ce qui arrivera si Mélanie revient et veut récupérer Emma.”

Dante va passer par plusieurs phases, du déni total, à la colère, puis à la résignation. Il est tellement touchant dans son envie de bien faire, on ne peut être qu’attendri. Il y a évidemment des passages plein de bons sentiments, mais c’est jamais trop, c’est très bien dosé. Derrière ses allures de livre adolescent, j’ai trouvé le propos intelligemment abordé. Les moments notamment où Dante et Emma apprennent à se connaitre et s’apprivoisent petit à petit sont émouvants sans virer dans le ridicule chamallow. Dans une certaine mesure (de loin, attention je ne fais de comparatif entre cet oscar et ce livre !!) j’avais l’impression de lire la version ado de Kramer contre Kramer. C’est un des films qui m’avait bouleversé car justement cette question de la paternité est très rarement abordé.  J’aurais peut-être juste voulu qu’elle aille plus loin et creuse encore plus cette relation père fille.

C’était mon premier livre de Malorie Blackman, alors même si le style d’écriture ne m’a pas transcendé, je ne lui ai rien trouvé de particulier, le tout est rythmé et se laisse lire rapidement, en quelques heures c’était bon.

 

Ce que j’aime : le point de vue du père

Ce que j’aime moins : certains points auraient mérités plus de détails et d’approfondissement.

Ma note : 08/10

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *